port anvers véhicules d'occasion

Si la plupart des véhicules d’occasion circulant en Afrique subsaharienne provenait jadis de France, ce n’est plus vraiment le cas aujourd’hui, selon les chiffres des douanes françaises.

De moins en moins de « France-au-revoir » dans les rues de Dakar, Abidjan, Bamako ou Douala ? Selon les données du commerce extérieur français (douanes), les voitures d’occasion venues de France n’ont plus vraiment la cote de l’autre côté de la méditerranée : 10 925 voitures d’occasion exportées de la France vers l’Afrique au cours des 12 derniers mois (août 2018 à juillet 2019), un volume en baisse de 11,6% par rapport à 2018 et de 14,8% par rapport à 2017.

Bien des variations existent toutefois en fonction des énergies, cylindrées et pays de destination. Ces derniers temps, les véhicules français qui ont été le plus exportés vers l’Afrique sont des diesels de moins de 1500 cm3 : 3425 au cours des douze derniers mois, un résultat en chute de 34,5% par rapport à 2018. L’Algérie a été le premier pays à accueillir ces voitures, avec 1863 importations, devant la Tunisie (302) et le Sénégal (216).

Les diesels un peu plus puissants sont aussi relativement plébiscités : 3192 exportations vers l’Afrique de moteurs à gazole compris entre 1500 et 2500 cm3, soit -8,7% eu égard à 2018. Des véhicules envoyés principalement en Tunisie (752), à Madagascar (325), au Sénégal (287) ou encore au Maroc (224).

Moins de voitures d’occasion à essence exportées

Les voitures à essence sont donc moins exportées de France, surtout depuis que la demande s’est inversée en leur faveur sur le marché intérieur. Il n’empêche : 1481 véhicules fonctionnant au sans-plomb et d’une cylindrée comprise entre 1500 et 3000 cm3 sont partis vers l’Afrique, soit +11%. Des voitures surtout destinées à la Tunisie (724). Pour les engins à essence de plus faibles cylindrées (1000 à 1500 cm3), 1200 d’entre eux ont fait le voyage de Paris vers l’Afrique (-1,1%). L’île de Madagascar, avec 544 achats, a concentré près de la moitié de ces véhicules.

Il est une cylindrée qui semble avoir le vent en poupe en matière d’exportation : les moins de 1000 cm3 à essence, qui ont progressé de 62% par rapport à 2018, avec 961 envois. Madagascar (285), le Sénégal (120) et la Guinée (117) ont été les principales destinations finales de ces autos.

Les volumes exportés de la France vers l’Afrique sont sans commune mesure avec ceux observés entre la Belgique et l’Afrique. En 2016, ce sont 241 962 voitures d’occasion qui ont quitté le port d’Anvers, en Belgique, pour rejoindre le continent africain.

Arnaud Murati

Réagir à cet article