Pièces d'occasion
Amortisseurs

Les autorités locales ont informé tous les acteurs de l’automobile qu’à compter du 1er juillet 2019, 17 produits d’occasion ne seront plus autorisés à pénétrer le territoire. La mesure concerne surtout des éléments de sécurité.

Pneus d’occasion à bon marché, rotules, roulements, semelles de suspension, bougies d’allumage, disques et mécanismes d’embrayage, flexibles de frein, plaquettes de frein, câbles d’embrayage… Autant de produits que les automobilistes devront acheter neufs d’ici fort peu de temps. Telle est la décision notifiée par le « Kebs », un organe étatique chargé entre autres des standards de qualité pour toutes les marchandises qui entrent au Kenya. Le Kebs a fait connaître cette nouvelle loi à ses inspecteurs chargés de vérifier les marchandises sur les navires cargos.

Pièces d’occasion mieux que les neuves

Selon la presse en ligne kenyane, Pulselive, « cette mesure va être un coup pour les centaines de milliers d’automobilistes qui comptent sur les pièces détachées d’occasion, relativement moins chères et quelquefois de meilleure qualité que les importations de produits neufs en provenance de Chine, de Taiwan, d’Inde ou d’Indonésie. »

Diverses associations d’importateurs ont déploré la mesure, et fait observer qu’ils ne procédaient quasiment jamais à l’importation de pièces de manière isolée. Ils achètent de vieux véhicules complets (au Japon) qui sont démontés ensuite au Kenya.

Bientôt les véhicules ?

Le gouvernement kenyan ne fait pas mystère qu’il compte donner un coup de pouce à l’industrie automobile locale. Cette interdiction d’importation des pièces d’occasion fait partie d’un ensemble de mesures qui seront destinées non seulement à assainir le parc, mais aussi à faire en sorte qu’une industrie automobile kenyane intégrée émerge à nouveau dans les années à venir. Il serait aussi question, ainsi, de limiter l’âge d’importation des véhicules d’occasion à 5 ans, contre 8 ans à l’heure actuelle. La Côte d’Ivoire a pris une mesure similaire le 1er juillet 2018.

Arnaud Murati

Réagir à cet article