Volkswagen Rwanda

Volkswagen a décidé de mettre à la route quatre e-Golf à Kigali, au Rwanda. Ces voitures sont destinées pour l’instant à un système de transport avec chauffeur. L’électrique est encore un projet embryonnaire en Afrique, y compris en Afrique du Sud.

Le constructeur allemand Volkswagen a fait savoir le 29 octobre que le Rwanda était désormais le premier pays d’Afrique « à introduire un véhicule électrique Volkswagen » sur son territoire. Non pas un, mais plusieurs selon la marque : « Durant la période d’essai, quatre e-Golf et une station de recharge seront installés à Kigali, capitale du Rwanda. Volkswagen a signé un accord avec Siemens pour installer une station de recharge » fait en effet savoir VW.

Ces quatre voitures vont venir grossir les rangs de « Volkswagen Mobility Solutions » au Rwanda. Le constructeur, qui possède une usine au Rwanda en coopération avec CFAO, se sert en effet de Kigali comme d’un laboratoire grandeur nature. Il y teste depuis début 2019 un système de transport avec chauffeur.

Selon des informations livrées par VW à AfricArgus, 100 voitures servent à l’heure actuelle à ce système. Une flotte composée de Passat, Polo, Amarok, Teramont et donc bientôt de Golf électriques. Le constructeur allemand affirme que ce sont 200 véhicules qui seront dédiés à « Volkswagen Mobility Solutions » avant la fin de l’année 2019.

Ce système rwandais de transport avec chauffeur revendique 27 000 utilisateurs enregistrés selon Volkswagen, ainsi que 59 500 trajets déjà effectués. Selon la presse sud-africaine, toutefois, environ 2200 utilisateurs seraient réellement actifs à Kigali.

Volkswagen précise en outre que, en fonction de l’évolution du projet, 50 voitures électriques et 15 stations de recharge seront déployés à terme au Rwanda. Des projets de même nature sont de plus à l’étude au Ghana et en Ethiopie…

L’Afrique pas encore électrique

La voiture électrique, balbutiante en Europe, est encore au stade du projet en Afrique. Même en Afrique du Sud. Selon l’association locale des constructeurs (Naamsa), deux véhicules électriques sont aujourd’hui proposés à la vente en Afrique du Sud. Le SUV Jaguar I-Pace, et la BMW i3. Celle-ci s’est vendue à hauteur de 620 unités au premier semestre 2019, au sein d’un marché où il s’immatricule environ 30 000 véhicules neufs par mois…

Le sujet des voitures électriques en Afrique du Sud serait même un enjeu politique d’après l’agence de presse Bloomberg. Nissan et d’autres constructeurs présents du côté de Pretoria chercheraient à obtenir auprès du gouvernement des conditions fiscales avantageuses pour les acheteurs de véhicules dits propres : une baisse de 23% des taxes sur les voitures électriques importées trouverait par exemple grâce à leurs yeux.

Arnaud Murati

Réagir à cet article