Contrôle technique Burkina Faso

Plus de lignes de contrôle, prise de rendez-vous préalable, le secteur du contrôle technique multiplie les efforts sur le territoire pour tenter d’assainir un parc vieillissant au Burkina Faso.

Avec un parc de véhicules en circulation âgé de 17 ans environ, le Burkina Faso n’est pas le champion de la vétusté de la sous-région. Il n’empêche, le contrôle technique a un rôle fondamental à jouer lorsque les véhicules prennent de l’âge.

Afin d’assurer sa mission dans les meilleures conditions, le Centre de contrôle des véhicules automobiles (CCVA) a inauguré le 25 octobre dernier un nouveau hall dédié aux inspections techniques. Doté de 2 lignes de vérification, ce « joyau tant par sa bâtisse que par son équipement » selon les termes du ministère des Transports est situé à Ouagadougou. Il a nécessité un investissement de 600 millions de francs.

De ce fait, le CCVA dispose désormais de « 11 lignes de contrôle fonctionnelles » dans les deux principales villes du pays : « 9 à Ouagadougou, 2 à Bobo Dioulasso » d’après les déclarations de Zalissa Koumaré, la directrice générale du CCVA. Et la directrice de préciser son propos : « En 2010, le CCVA était juste présent à Ouagadougou et à Bobo Dioulasso avec peut-être 2 lignes. En 2019, nous sommes présents dans 10 chefs-lieux de région, avec une équipe mobile pour chaque station qui permet de sillonner les localités environnantes » a-t-elle fait savoir, « le CCVA a désormais un bon maillage du territoire. »

Prise de rendez-vous

L’été 2019 a vu en effet deux villes se parer de stations fixes de contrôle : Dédougou et Banfora, par exemple.

Outre le nouveau hall de contrôle, le CCVA a souhaité introduire une autre nouveauté : la prise de rendez-vous. Il ne sera plus nécessaire de faire la queue des heures durant pour voir son véhicule contrôlé. Mme Koumaré assure que l’affaire pourra être réglée « en 30 minutes », et qu’en plus, les tarifs ne changent pas… hormis une participation supplémentaire de 5000 FCFA.

À l’occasion d’une large convention des experts du contrôle technique en Europe et en Afrique fin 2018, le directeur technique du CCVA avait considéré que « les défis en matière de contrôle restent encore énormes au Burkina Faso ».

> Nouveaux permis, nouvelles plaques : le Burkina réforme ses titres officiels

Arnaud Murati

Réagir à cet article