Autofast

Développement du réseau de stations-service, diversification des activités, mise en place d’Autofast avec l’appui de CFAO, Total a fait feu de tout bois en 2018 pour le continent. Les enseignes Autofast devraient se multiplier cette année.

L’Afrique est loin d’être un nouveau territoire pour le pétrolier français Total. Il n’empêche, bien des opportunités sont encore à saisir pour le groupe. Selon son rapport annuel 2018, 4500 stations-service « réparties dans près de 40 pays » sont déjà à l’œuvre aujourd’hui. Le réseau panafricain s’est enrichi en 2018 de pompes situées en Angola, une initiative « lancée avec la compagnie nationale Sonangol » d’après Total.

Mais Total n’est pas recroquevillé sur son activité d’origine. Le but est de diversifier l’offre en stations (restauration, boutiques, etc), « et pour cela, le groupe développe des partenariats, notamment avec des start-up africaines » explique le pétrolier. Une initiative a ainsi vu le jour fin 2018 avec une société qui n’a pour le coup rien d’une start-up : CFAO, l’un des leaders de la distribution automobile sur le continent africain.

Le 17 décembre dernier, Total et CFAO ont édité un communiqué annonçant que les deux « ont choisi d’unir leurs forces pour offrir à leurs clients en Afrique un service d’entretien automobile professionnel et de qualité ». De cette volonté est né le réseau en franchise Autofast : « Voilà un an environ, nous avions lancé un test au Sénégal, en Côte d’Ivoire et au Cameroun » indique Stéphane Henry, directeur de l’activité Autofast, pour le compte de CFAO, « le test ayant été concluant, nous avons décidé de poursuivre l’expérience ». Une expérience qui consiste à implanter des centres dédiés à l’entretien, pas à la réparation : filtration, pneus, freinage, vidange, batterie, éclairage… À ce jour, selon M. Henry, 4 Autofast sont déjà en service, « mais 30 sont prévus d’ici à la fin de l’année » précise-t-il. Le Nigeria et le Kenya sont parmi les principaux pays visés en plus de ceux déjà cités.

CFAO a accepté de lever un coin de voile sur le concept Autofast : « Nous nous adressons à une autre clientèle que celle de CFAO et des concessions. Ce sont plutôt des personnes qui roulent avec des voitures d’occasion et qui désirent bénéficier d’une maintenance de qualité. Or, il n’existe pas d’offre adaptée à leurs besoins aujourd’hui » fait remarquer Stéphane Henry.

Arnaud Murati

Réagir à cet article