banque mondiale côte d'ivoire

Dans le cadre du Projet de Mobilité Urbaine d’Abidjan (PMUA), la Banque mondiale a accordé à l’Etat de Côte d’Ivoire un financement d’un montant de 175 545 600 000 FCFA.

Ce financement  vise à renforcer davantage l’efficacité du système de transport public sur le trajet Yopougon-Bingerville et celui de ses lignes de rabattement, par la mise en place du Bus Rapid Transit (BRT).  Grâce à cette innovation, les usagers pourront, d’ici 2025, effectuer ce trajet en moins d’une heure.

L’accord relatif au financement de ce projet a été signé par le ministre de l’Economie et des Finances, Adama Coulibaly et la directrice des opérations de la Banque mondiale en Côte d’Ivoire, Madame Coralie Gevers, le lundi 16 septembre 2019.

Le premier a précisé à l’occasion que le financement du PMUA a été délivré sous forme de crédit : « Aux conditions IDA Scale Up Facility, ce financement d’un montant de 267 600 000 € (soit environ 175 545 600 000 FCFA),  remboursable sur une durée de 30 ans, est assortie d’une période de grâce de neuf ans. Et ce, pour une durée d’exécution de six ans », a déclaré le ministre, avant de souligner qu’il permettra d’améliorer, par la même occasion, l’accessibilité aux opportunités économiques.

Un autobus par minute

Se réjouissant de cet accord, Amadou Koné, ministre ivoirien des Transports, a par la suite indiqué que ce financement viendra apporter une solution plus moderne et efficace aux problèmes d’embouteillage dans le district d’Abidjan. Il est par ailleurs revenu sur les avantages du projet : «  Faire le trajet Yopougon-Bingerville en moins d’une heure, c’est le défi que se propose de relever le PMUA. Grâce au projet, Abidjan va ainsi bénéficier du BRT conçu pour avoir un autobus chaque minute à chacune des stations (…) Ce projet permettra également d’apporter un appui à la Société Ivoirienne des Transports Abidjanais (Sotra), avec des nouveaux dépôts de bus en plus du renouvellement des mini-cars (Gbaka) et des taxis (Woro-woro) ».

Quant à Coralie Gevers, directrice des opérations de la Banque mondiale en Côte d’Ivoire, elle a signifié que l’enjeu de ce projet est de taille, car sa mise en œuvre aura un impact significatif sur le développement économique du pays. « Une amélioration de la mobilité à Abidjan de l’ordre de 20% pourrait accroître la croissance économique du pays d’au moins 1%, avec des gains proportionnellement plus élevés pour les plus démunis (…) Avec le BRT, les abidjanais pourront donc, depuis Yopougon, accéder en moins de 20 minnutes au Plateau et en 45 minutes à Bingerville.  Les temps de déplacements seront ainsi drastiquement réduits et 600 000 emplois supplémentaires deviendront accessibles en moins d’une heure », a-t-elle conclu.

Marius Nouza

Réagir à cet article