reportage Cote d'Ivoire marché auto
Dans la capitale ivoirienne Abidjan, les embouteillages sont très denses

Le marché de l’automobile ivoirien traverse une période charnière, où la mutation vers le véhicule neuf, et (ou) le véhicule d’occasion récent, vont permettre d’accentuer sa croissance.

Depuis quelques temps, le marché ivoirien a retrouvé un certain dynamisme. Ce regain d’activité est favorisé par des produits toujours mieux adaptés mais également par des offres de financement plus accessibles.

La croissance de retour

Cette reprise de la croissance du marché automobile ivoirien est survenue en 2017 avec une hausse de 10% par rapport à 2016. En cette année-là, il avait marqué le pas en ayant enregistré un recul important estimé à -13%. À la faveur de certaines décisions prises aussi bien par les pouvoirs publics que par les acteurs composants l’écosystème local, la croissance est confirmée en cette année 2018 puisque nous constatons, selon les chiffres du marché à notre disposition, une embellie de 14% à fin Octobre 2018. Concrètement, à deux mois de la fin de l’année, le marché VN a absorbé 9347 unités. Sur ce volume global réalisé cette année sur les 10 premiers mois, le segment des 4X4 détient 37% de parts de marché. Il est suivi par celui des Pick up avec 29%. Le segment des véhicules particuliers est à la troisième place avec une part de 17%. À elles trois, ces catégories détiennent 83% de parts de marché.

CFAO Côte d'Ivoire - Reportage
Le segment des 4X4 est prépondérant sur le marché ivoirien

Bien entendu, le volume global de 9347 unités réalisé à fin Octobre peut paraître très modeste par rapport aux réelles potentialités du marché et au volume des importations de véhicules d’occasion qui avoisine près de 75 000 unités. Ces importations massives de véhicules d’occasion sont considérées à juste titre, comme un ralentisseur pour la croissance du marché du véhicule neuf. Cela veut également dire que les besoins en mobilité sont bien là. En revanche, les revenus très modestes (120 Euros de salaire minimum) de nombreux ivoiriens constituent un frein important empêchant cette croissance de s’exprimer.

Des offres adaptées aux conditions locales

Qu’à cela ne tienne, pour les professionnels de la distribution des véhicules neufs, il y a donc une vraie marge de progression à accomplir. Pour ce faire, ils s’efforcent de proposer des gammes plus adaptées que jamais. Ainsi, selon les dires de plusieurs responsables de différentes marques que nous avons rencontrés sur place, les modèles commercialisés sur le marché ivoirien sont adaptés aux conditions de roulage locales. En d’autres termes, ils sont « tropicalisés ». Cette tropicalisation consiste en certaines modifications apportées au véhicule lors de son assemblage dans l’usine où il est produit, afin de le doter de capacités de résistance autrement plus importantes que celles d’un véhicule conçu pour les marchés matures d’Europe, d’Asie ou d’Amérique du Nord. Car pour bien comprendre cet enjeu, les véhicules tropicalisés se prédestinent à des environnements très difficiles dont nous citerons entre autres, la forte chaleur, la proéminence de la poussière, des carburants aux taux de souffre élevés et des réseaux routiers dégradés…

Marché automobile en Côte d'Ivoire - 2018
Les conditions de roulage sont très difficiles à Abidjan

Pour contre-carrer ces conditions difficiles, sur les véhicules neufs importés par les concessionnaires, les suspensions sont renforcées, la garde au sol est surélevée de deux centimètres, le circuit de refroidissement élargis, une protection sous le moteur est installée et des filtres de taille supérieure sont disposés. Dans un autre registre, il convient de souligner que les modèles commercialisés sur le marché ivoirien sont à la norme Euro 2. Cela démontre que la qualité des carburants reste encore loin de celle disponible en Europe par exemple, où la norme aujourd’hui est au niveau Euro 6. Pour le citoyen Ivoirien, il est donc clair que pour qu’il puisse jouir sereinement de son véhicule de manière durable, le mieux pour lui est d’acquérir un véhicule neuf ou d’occasion, dans le réseau de distribution local.

Un environnement favorable se dessine

Dans cette perspective, plusieurs actions ont été initiées pour favoriser la croissance de ce marché. Les pouvoirs publics ont en effet pris la décision, appliquée depuis avril dernier, de limiter à 5 ans l’âge des véhicules d’occasion importés. Aussi, ils ont encouragé les organismes financiers et les banques pour diminuer le taux d’intérêt sur les crédits à la consommation, le faisant passer de 12 à 5%. Toujours dans le même ordre d’idée, l’élargissement notable de la classe moyenne, constituée aujourd’hui par un large spectre de la population, et ce grâce à la croissance économique réalisée ces dernières années, permet davantage d’accès aux produits de large consommation mais également, de plus en plus à l’automobile. Cette dernière, très prisée par le citoyen ivoirien, reste une de ses préoccupations majeures, après le logement. Comme c’est le cas dans tous les pays du monde, la voiture représente également en Cote d’Ivoire, un symbole de liberté, une affirmation de soi, de son statut social et de sa réussite.

Reportage Cote d'Ivoire - Marché Auto 2018
Poids lourds, véhicules particuliers et deux roues se côtoient sur des routes étroites

Des occasions avec garantie méconnues

Ce marché de l’automobile ivoirien, dans un environnement apaisé, peut aisément atteindre rapidement un volume de 25 à 30 000 unités par an, selon les dires des professionnels sur place. Il traverse une période charnière, où la mutation vers le véhicule neuf, et (ou) le véhicule d’occasion récent, disponible avec un contrat de garantie proposé par les distributeurs, va permettre de favoriser sa croissance. Cette offre de véhicules d’occasion dans le réseau des concessionnaires est récente. En fait, elle est à l’état embryonnaire. Elle n’est pas encore vulgarisée. Les ivoiriens ne sont pas forcément au courant de son existence. Pourtant, c’est une excellente alternative aux véhicules d’occasion importés au regard de l’âge moyen de ces derniers, estimé à 10 ans. Aussi, cette offre peut contribuer à réduire l’âge moyen du parc automobile local, dépassant largement les 20 ans. C’est également une nouvelle source de revenus pour le trésor public et une nouvelle possibilité qui s’ouvre pour l’emploi.

CFAO Côte d'Ivoire - Reportage marché auto
L’offre en véhicules d’occasion constitue une bonne alternative aux occasions importées

La situation du marché automobile ivoirien a déjà été vécu par d’autres marchés du continent. Sa métamorphose se fera plus rapidement qu’on ne le pense, sous réserve d’une certaine stabilité politique, seule à même de garantir une croissance durable de l’économie locale en général et du marché automobile, en particulier.

Réagir à cet article