midas côte d'ivoire

L’enseigne de centres auto Midas a déjà ouvert quatre établissements en Côte d’Ivoire et souhaite en voir dix à l’œuvre d’ici à la fin de l’année. L’africanisation de l’offre est sans doute l’une des clefs de la réussite.

Midas en Côte d’Ivoire

Des Etats-Unis à l’Europe, de l’Europe à l’Afrique. L’histoire de Midas (2000 centres auto dans le monde environ) est faite d’exploration de nouveaux horizons. Et visiblement, la découverte de la Côte d’Ivoire est loin d’être une déconvenue : quatre centres en « master franchise » fonctionnent sur le territoire ivoirien, dont celui situé dans le quartier de Riviera Golf, à Abidjan.

Ce sont déjà 12 à 14 entrées en atelier par jour dont s’occupe l’équipe de techniciens. Une belle montée en puissance pour un établissement ouvert en juin 2018 : « Entre les concessionnaires et le secteur informel, il existe un espace à combler » révèle Gilbert Duconget, le directeur du développement à l’international de Midas. Selon ses dires, les véhicules âgés de 3 à 7 ans environ ne bénéficieraient à l’heure actuelle d’aucune offre formellement adaptée à leurs besoins en Côte d’Ivoire. Ces autos représenteraient « environ 15% du parc » du pays d’après Midas, sachant que le parc de véhicules particuliers (VP) était de 306 366 unités en 2016, selon les données de la Direction du guichet unique automobile (DGUA).

Midas : installation et adaptation

Midas est donc venu en Côte d’Ivoire avec des standards ou systèmes importés de France. Esthétiquement, les centres de Riviera Golf ou de Marcory (zone 4c) n’ont rien à envier aux établissements français, bien au contraire. Le système informatique utilisé est aussi le même qu’à Paris. Mais pour le reste, Midas s’est adapté : quatre types de forfaits sont par exemple proposés pour effectuer une vidange, contre une dizaine en France. L’huile est en effet plus souvent remplacée en Côte d’Ivoire, à cause notamment des conditions climatiques.

D’autre part, la fourniture en pièces de rechange s’effectue en partie grâce à des acteurs ivoiriens. L’enseigne des centre autos Midas, enfin, compose aussi avec la réalité du parc ivoirien : « Sur le centre de San Pedro, plus de la moitié des véhicules pris en charge sont des 4×4 » souligne M. Duconget. Les routes quelquefois difficiles mènent donc Midas à se préoccuper tout particulièrement des liaisons au sol, suspensions et autres biellettes.

Evolution digitale

Midas souhaite continuer de développer son offre non seulement sur le terrain, mais aussi sur le plan numérique. L’enseigne est déjà présente sur Facebook ou sur Instagram. Demain, des relances par SMS auprès des clients devraient voir le jour. Sans oublier Jumia.ci, le site d’e-commerce panafricain. Midas devrait y proposer prochainement des pièces dites non affectées comme des batteries, des balais d’essuie-glace, etc.

midas côte d'ivoire

Midas espère compter 10 centres en Côte d’Ivoire avant la fin de l’année, et compte en ouvrir d’autres au Mali, au Ghana, au Bénin, au Togo, en Guinée et au Burkina Faso dans les mois à venir.

> Voir également: CFAO Motors – Les espoirs de l’occasion

Arnaud Murati

Réagir à cet article