salon automobile Abidjan

La première édition du salon de l’automobile d’Abidjan s’est ouverte le jeudi 12 décembre 2019 au Parc d’exposition de Port Bouet dans la capitale abidjanaise avec comme préoccupation l’industrialisation du secteur automobile.

Organisé par le Groupement interprofessionnel automobiles, matériels et équipementiers (Gipame) en partenariat avec le groupe Voodoo sous le thème « Industrie automobile en Afrique : réalités et perspectives », le salon de l’auto d’Abidjan est le premier du genre en Afrique de l’Ouest. Il a massivement réuni les concessionnaires automobiles, les équipementiers ainsi que des institutionnels autour d’une préoccupation majeure :  comment faire du secteur automobile une véritable industrie en Côte d’Ivoire et au-delà ?

Pour Abdoul Hussein Beydoun, président du Gipame, son institution ne saurait rester en marge du projet d’émergence voulu par les autorités ivoiriennes. Aussi, l’organisation de ce salon autour de cette thématique représente une contribution à ce projet. « Nous avons décidé d’organiser ce salon en collaboration avec Voodoo, pour démontrer qu’il est possible d’envisager la mise en place d’une vraie industrie automobile en Afrique d’où le thème du salon » a-t-il indiqué.

D’ores et déjà, le Gipame constitue un acteur essentiel dans cette volonté du secteur automobile de contribuer à l’émergence du pays à travers sa contribution à l’économie nationale. Composé de 21 membres, il réalise annuellement un chiffre d’affaires de 383 milliards de fcfa avec la création et le maintien de 3 060 emplois représentant une masse salariale de 22 milliards de fcfa. Le groupement paie chaque année 71 milliards fcfa de droits de taxes et 11,2 milliards fcfa d’impôts divers et Bic à l’Etat de Côte d’Ivoire.

Salon automobile d’Abidjan : à la découverte des dernières technologies

salon automobile Abidjan

À partir de de cette force économique qu’il est, le groupement veut aller plus loin dans la perspective de l’industrialisation du secteur. Le salon en est un point de départ et permettra de présenter et de promouvoir le savoir-faire local ou international en matière automobile et d’innovation dans le secteur.

Il propose aux populations et même aux professionnels, de venir découvrir les dernières innovations technologiques et d’acquérir des véhicules ou des équipements à des prix étudiés. Ils auront également la possibilité d’assister à des conférences, des ateliers et de participer à des test-drive et des démonstrations.

Se réjouissant de la tenue effective de ce premier salon de l’automobile, le ministre des Transports, Amadou Koné, a pour sa part engagé son département à en faire une référence en Afrique et dans le monde. Pour lui, ce salon est un rendez-vous incontournable pour l’industrie automobile. « En plus d’être une opportunité commerciale, ce salon représente une plateforme d’échanges sur les enjeux liés au développement du secteur automobile » a-t-il expliqué, en souhaitant que les conférenciers et panélistes venus de pays ayant réussi dans le secteur de l’industrie automobile, puissent partager leurs expériences afin d’orienter les futurs décisions du gouvernement en faveur de cet objectif d’industrialisation.

Le ministre a par la suite rappelé les actions du gouvernement en faveur de l’industrialisation. Il s’agit notamment de la signature récente à Yokohama au Japon d’un accord avec Toyota pour  la création d’une usine de montage de véhicules, sans oublier le contrat existant entre la Sotra et le groupe Iveco.

Marius Nouza

Réagir à cet article