Selon certaines sources proches de l’association des constructeurs et concessionnaires automobiles (AC2A), cette dernière envisage de faire sa mue en adoptant de nouveaux statuts et une nouvelle organisation à la faveur de l’adhésion en son sein de nouveaux acteurs de la filière automobile.

Au regard de la difficile situation que connait le marché, le bureau de l’AC2A dirigé par Sefiane Hasnaoui et Noureddine Hassaim, respectivement président et vice-président de l’AC2A, se devait de réagir pour adapter son association à cette conjoncture pour le moins compliquée. Ainsi, ce bureau prévoit d’élargir la composante de l’association aux constructeurs de camions, bus et autres motocycles, aux équipementiers et producteurs de la pièce de rechange, aux entreprises de location longues durées et aux compagnies d’assurances. Cet enrichissement de sa composante, s’il venait à se concrétiser permettra à l’AC2A au niveau local, d’être bien plus représentative de la filière automobile et plus légitime pour s’exprimer en son nom. Cela lui permettra également de jouer pleinement son rôle de force de proposition. Dans une autre perspective, l’AC2A prévoit d’intégrer l’association internationale des constructeurs automobiles, source d’enrichissement des connaissances liées aux divers métiers de l’automobile.


Pour concrétiser cette évolution, une nouvelle organisation verra le jour puisque est prévue la création de plusieurs directions qui seront chargées de gérer les dossiers selon les spécialités. Ainsi, il y aura une direction Industrie dédiée aux constructeurs, une autre consacrée aux équipementiers et producteurs de pièces, une troisième aux services, une quatrième aux véhicules d’occasion…


Cette ambitieuse évolution n’est cependant pas sûre de se concrétiser en raison de l’opposition farouche de certains membres à ces changements. Il faudra donc patienter pour voir si l’AC2A est capable de faire réellement sa mue ou de rester en l’état confirmant ainsi son incapacité à s’adapter aux nouveaux défis qui se posent à elle.

Réagir à cet article