Algérie importation véhicules d'occasion

Le président de l’Association des concessionnaires automobiles multimarques (Acam) juge que l’Etat algérien perd du temps en remettant à l’an prochain la décision de réimporter des véhicules d’occasion.

À l’occasion d’un entretien avec le journal Echourouk, Youcef Nebbache, président de l’Acam, n’y est pas allé par quatre chemins : « Attendre la nouvelle loi de finances de 2020 est un gaspillage de temps. Surtout que la loi existe déjà » a-t-il fait savoir à propos de l’importation des Véhicules d’occasion (VO) en Algérie.

Le gouvernement algérien après des années de blocage, souhaite en effet rouvrir les vannes de l’occasion en Algérie. Selon toute vraisemblance, les VO de trois ans et moins vont avoir à nouveau le droit de débarquer dans le port d’Alger. Si l’idée fait son chemin depuis le printemps dernier, la mise en musique ne devrait intervenir qu’à compter de 2020, une fois la loi de finances 2020 promulguée.

Le président des concessionnaires pense en effet que le retour des occasions sur le marché algérien permettra de faire chuter les prix de 30%, car ceux-ci ont semble-t-il perdu la tête eu égard à la pénurie d’offre…

Ce sont 75 400 véhicules neufs qui ont été vendus au 1e semestre 2019 en Algérie, soit +18%. Renault y est leader, avec 39 585 immatriculations sur la même période.

Arnaud Murati

Réagir à cet article