J.C Quemard, Peugeot Algérie, Citroen, Opel,DS
Jean-Christophe Quemard lors de son intervention face à la presse algérienne

Lors du Mondial Paris Motor Show, le patron de la zone Afrique et Moyen-Orient chez Peugeot, Jean-Christophe Quemard, a reçu une délégation de journalistes algériens, dont votre serviteur.

Cette rencontre a été l’occasion pour Jean-Christophe Quemard d’expliquer la position de Peugeot par rapport au projet d’installation de son site industriel. Pour lui, “Peugeot a fait tous les efforts nécessaires pour réaliser ce projet, dans le respect le plus strict de la réglementation algérienne”.

Depuis quelques semaines, Peugeot Algérie assemble la citadine 208 Tech-Vision au niveau du centre de formation d’Oran. Sa commercialisation a débutée officiellement hier. À ce titre, ce haut responsable de la marque au lion, s’est dit heureux de la reprise de l’activité chez Peugeot Algérie. Érigée dans la perspective de former les collaborateurs de la future usine, cette académie permet à Peugeot Algérie et surtout à son réseau de distribution, de retrouver l’activité commerciale après plus de deux années d’attente. “Les autorités algériennes nous autorisent à retrouver le marché. Cela nous réjouit. Nous voulons reprendre notre activité de manière graduelle pour qu’à termes, nous puissions proposer les gammes de nos quatre marques. Nous voulons, une fois que notre outil industriel sera opérationnel, produire aussi bien des Peugeot que des Citroën, des DS, et bien entendu des Opel. Cela se fera étape par étape, en attendant, je peux vous dire qu’au cours de l’année 2019, quatre modèles seront assemblés au niveau de notre académie” a indiqué Jean-Christophe Quemard.

Peugeot, Citroën, DS et Opel seront proposées

Détaillant la manière avec laquelle les marques du groupe PSA vont revenir sur le marché, l’orateur dira que “le plus important pour nous c’est qu’on puisse offrir les produits les plus attendus par le marché. Dès l’année prochaine, nous produirons la nouvelle 208 que nous lancerons sur plusieurs marchés. Après, tout ne se fera pas du jour au lendemain. Nous avons appris à être patient. Mais nous tâcherons d’élargir l’offre sur d’autres segments comme celui de la 308, de la 2008, du 3008 et du Partner. Nous n’oublierons pas le segment des véhicules utilitaires avec l’Expert, le Boxer et également le Pick up. Bien entendu, nous ferons de même avec Citroën, Opel et DS. Je dis cela car je reste convaincu que nos modèles sont attendus, il n’y a qu’à voir la formidable réaction du marché lors de l’annonce de l’imminente commercialisation de la 208 Tech-Vision“.

À la question de savoir si des équipementiers de premier rang, sont disposés à accompagner l’usine Peugeot à son démarrage, sans hésitation, Jean-Christophe Quemard a annoncé “qu’ils sont plusieurs à être prêts à s’engager avec nous sur le marché algérien, principalement des partenaires qui travaillent avec nous depuis des décennies en toute confiance. Aujourd’hui, en termes de visibilité, si tout se passe bien, l’usine démarrera vers le troisième trimestre 2019. Les équipementiers dont je vous parle étaient prêts à nous accompagner en 2017 déjà”.

Mondial 18 Peugeot Quemard-Algérie
“Impossible de localiser plusieurs modèles en même temps”, Dixit Jean-Christophe Quemard

Une autre vision pour l’intégration locale

Interrogé sur l’éventualité de voir Peugeot Citroën Production Algérie (PCPA) aller vers la production de pièces et autres composants, en partenariat avec des fournisseurs locaux et étrangers, le conférencier a souligné que “Cela dépendra des autorisations qui nous seront accordées ou pas. Si on nous laisse faire, bien sûr que nous fabriquerons des pièces et des composants. Notre projet est conçu de tel sorte à aller au moins vers 40% de contenu local sur chaque voiture qui sort de notre usine et ce au démarrage de la phase CKD. Vous savez, de notre côté on se pose aussi des questions, car, il faut bien comprendre qu’un constructeur ne peux pas atteindre un taux d’intégration de 40% s’il assemble plusieurs modèles. N’importe quel stagiaire dans l’industrie automobile sait cela ! La démarche la plus cohérente pour réussir à élever le niveau de l’intégration locale consiste à assembler un modèle à la fois. C’est sur une seule voiture que les efforts doivent être consentis dans le sens de la localisation. Il est vrai que le marché algérien a été habitué à avoir des offres riches. C’est difficile de rompre brutalement cette disponibilité, mais ce qu’il faut relever, c’est que les données actuelles sont une force contraire à l’émergence d’une véritable industrie en Algérie”.

Dans un autre registre, Jean-Christophe Quemard a souligné que “les véhicules assemblés au niveau de l’académie PCPA, répondent aux standards de Peugeot sur le plan de la qualité, ça je vous le garanti. Hamid Mezaib, le patron du site industriel dispose d’une longue expérience dans la production automobile. Son exigence qualitative a toujours été en phase avec la nôtre. La qualité de nos produits reste pour nous un critère fondamental qui ne sera jamais sacrifié. Il y va de notre crédibilité car il ne s’agit pas de déléguer cette production, c’est nous, le constructeur, qui sommes les acteurs de cet assemblage”.

Peugeot Algérie: un réseau aux standards de la maque

Dans le même ordre d’idée, le patron de la zone Afrique et Moyen-Orient Du groupe PSA n’a pas manqué de saluer “le travail accompli par Peugeot Algérie pour préserver sa représentation à travers le pays avec un réseau tiré vers le haut grâce aux nombreuses formations au profit de ses techniciens et commerciaux. Aujourd’hui, le réseau Peugeot Algérie est constitué de 42 points de représentation, tous aux normes des standards de la marque”.

Réagir à cet article