Inwi lance la 4G 1/2
Inwi met le turbo et lance la 4G 1/2 - Maroc

4G ½ Inwi en voiture… bientôt autonome

Internet en voiture sans aucune perte de réseau et un temps de réponse instantané, c’est en substance ce que propose de rendre possible l’opérateur Inwi dès aujourd’hui.

iInwi lance la 4G 1/2
Une vingtaine de voitures Inwi faisant la tournée de Casablanca pour promouvoir les nouvelles offres 4G 1/2

Pour trouver la station-service la plus proche, occuper les enfants sur la banquette arrière durant les longs trajets, ou tout simplement s’orienter grâce au téléphone via une application, le réseau internet en voiture, au même titre que la clim,  n’est plus un luxe mais une nécessité.

Pour cela l’opérateur Inwi vient d’annoncer l’arrivée au Maroc de la technologie 4G 1/2 pour parer aux problèmes de réception du réseau mobile.

Entre les tunnels qui se sont multipliés dans nos villes (Tanger, Tétouan, Rabat, Casablanca, Marrakech…), les différents obstacles, les endroits inaccessibles au réseau et la vitesse de déplacement de nos voitures c’est tout autant de complications pour avoir un  accès au web correct. D’autant plus que la cage de Faraday que forme la carrosserie des véhicules constitue un véritable frein à la réception en continue à internet.

Inwi lance la 4G 1/2
Inwi fait la tournĂ© de Casablanca – Un Ă©vènement qui marque le lancement de la 4G 1/2

Le futur immédiat

Avec l’entrée en service de cette technologie, la barre des 1Gbps a été franchi (vitesse de téléchargement) et sera graduellement déployée dans l’ensemble des villes du royaume.

Elle constitue le coup d’envoi de la transition de notre pays vers la 5G, annoncée par tous comme la solution ultime pour que toutes les voitures de demain soient connectées en permanence.

Cette technologie commencera à être déployée à partir de 2020, mais iI faudra certainement attendre 2025 et au-delà pour que la 5G en voiture soit accessible à tous facilement.

5G et voitures autonomes

Des prototypes de voitures autonomes circulent déjà à travers le monde. Il s’agit pour le moment d’expérimentations. Sans aucun doute, ce n’est qu’une question de temps avant que la science-fiction ne devienne réalité.

Plus écologiques et plus pragmatiques, ces voitures ultra connectées contribueront à la décongestion des agglomérations urbaines. Elles s’inscrivent dans un projet plus général de « smart city » : la ville écologique, fluide, grâce à l’innovation, mais aussi de «smart territory » au-delà des frontières urbaines comme par exemple à la future  Eco Cité de Zenata, près de Casablanca.

Suréquipée de capteurs, radars, webcams, et gérée par des logiciels d’intelligence artificielle, la voiture de demain devra communiquer avec le reste du monde par le biais de ces réseaux ultra performant. Pour le moment, ni les technologies, ni les infrastructures, ni la législation ne sont actuellement capables d’encaisser un tel déploiement d’innovation. Une phase de transition entre l’automobile actuelle, les voitures connectées ou semi-connectées, puis la voiture autonome devra être observée sur quelques année encore.

Ahmed DAROUICHE

RĂ©agir Ă  cet article