exportations automobiles Maroc 2018
Usine Renault de Tanger, véhicules en attente d'exportation

Selon le rapport annuel du commerce extérieur du Maroc en 2018, les exportations de véhicules particuliers ont été supérieures aux importations. Le secteur automobile prend toujours plus d’importance dans la balance commerciale du Royaume.

L’automobile, ou le grand « boum » au Maroc : « Les exportations de biens de consommation évoluent également à la hausse (+5,4 Mds DH). Cette croissance s’explique par la progression des ventes de voitures de tourisme, premier produit à l’export, de 2,6 Mds DH » indique ainsi le rapport annuel du commerce extérieur du Maroc.

Les exportations de véhicules particuliers (appelés aussi véhicules de tourisme) ont en effet représenté pas moins de 40% (en valeur) des exportations de produits finis. Le Maroc a envoyé pour 33 533 M DH de véhicules l’an dernier (+8,3%), tandis qu’il en a importé à hauteur de 21 957 M DH (+3,9%). Sur le strict plan des véhicules particuliers finis, la balance commerciale du Royaume est donc bénéficiaire. Les exportations de voitures ont été essentiellement dirigées vers la France (27,6% de la valeur exportée), l’Espagne (12,6%) et l’Allemagne (11,3%).

Pièces et utilitaires en provenance d’Europe

Toutefois, le Maroc dépend encore énormément des importations pour ce qui est des utilitaires et des pièces. Toujours en valeur, les importations de pièces détachées automobiles ont représenté la troisième plus grosse dépense pour le Maroc : 17 591 M DH, un chiffre en hausse de 21% en 2018. Les importations de véhicules utilitaires ont quant à elles plutôt stagné en 2018 (+0,6%), mais à un haut niveau : 5282 M DH, quand le Maroc n’a exporté « que » pour 609 M DH d’utilitaires dans le monde.

Toujours sur le plan de l’automobile, l’Union européenne (UE) est demeurée le partenaire numéro 1 du Royaume chérifien. Les exportations de voitures de tourisme à destination de l’Europe ont grimpé de 16,2% l’an dernier, tandis que les importations n’ont progressé que de 2,3%. Cependant, le Maroc a vu aussi ses importations automobiles en provenance de Turquie prendre une certaine importance : ce sont pour 2224 M DH de voitures qui sont venues d’Ankara (+16,2%) et pour 995 M DH d’utilitaires (+67,5%).

Ces résultats commerciaux marocains résultent en partie de la grande implication de Renault au Maroc. L’an dernier, l’usine de Tanger a vu ses volumes augmenter de 6% et celle de Casablanca de 10,2% ; 402 150 autos neuves sont sorties des chaines en 2018.

Arnaud Murati

Réagir à cet article