CEO DS Automobiles - Mondial Paris 18
Yves Bonnefont posant pour Africargus devant la toute nouvelle DS3 Crossback. ©Mourad Saadi

Yves Bonnefont, Directeur Général de DS Automobiles, revient dans cet entretien qu’il a bien voulu nous accorder, sur le parcours de DS, ses fondamentaux et son plan de développement.

La marque DS est partie d’un héritage lié à l’histoire de la DS lancée en 1955 et vous travaillez depuis des années pour en faire le fleuron automobile français. Où en est la marque DS depuis son apparition en 2015 ?

Aujourd’hui, trois ans après le lancement de la marque au salon de Genève en 2015, on renouvelle la gamme avec l’arrivée de DS7 Crossback au début de cette année, et maintenant sur le Paris Motor Show, DS3 Crossback, soit, au rythme d’une voiture par an comme nous l’avons prévu. L’arrivée de ces deux nouveaux modèles est un moment important pour la marque car tout arrive en même temps. Nous avons travaillé depuis tout ce temps là sur la synchronisation de l’arrivée des produits, de la construction du réseau et bien entendu des services, avec l’expérience clients. DS7 Crossback a initié la seconde génération de la gamme et aujourd’hui nous poursuivons ce renouvellement en dévoilant DS3 Crossback. Nous sommes très fiers de nos produits car ils incarnent ce qu’on veut faire avec la marque. Ils incarnent également notre vision du haut de gamme et le savoir-faire français du luxe. Ils sont dotés d’un contenu technologique très élevé à l’image de DS3 Crossback qui se pare de poignées de portières affleurantes qui se déploient, de projecteurs Matrix LED Vision, inédits dans la catégorie et de la conduite autonome de niveau 2 que nous sommes également, les seuls à proposer sur ce segment. En même temps, sur le plan du style, nous restons fidèles aux fondamentaux de DS avec des proportions exceptionnelles grâce à notre nouvelle plateforme CMP (Common Modular Plateform), capable de répondre à nos demandes en termes de proportions et d’énergie. Il y a aussi, certains aspects qui peuvent paraître comme des détails, mais qui ont leur importance. Je citerais les joints de vitres que nous avons fait disparaitre. Conséquence, vu de profil, cela conforte la qualité perçue. Idem à l’intérieur où la mise en œuvre est irréprochable et les matériaux de grande qualité.

DS 3 Crossback

DS3 Crossback au Mondial de l'auto 2018
Le nouveau DS3 Crossback ambitionne de rapidement prendre le leadership de sa catégorie. ©Adrien Cortesi

>> Voir ici toutes les photos du SUV DS3 Crossback + intérieur en 360° <<

De son côté, DS7 Crossback qui a donc initié la régénération de la gamme, nous permet de profiter de l’électrification que nous avions inscrit dans notre stratégie. Nous y sommes donc, comme prévu, et DS7 Crossback dans sa version Hybride rechargeable nous permet de franchir un nouveau palier en offrant 300 ch de puissance et quatre roues motrices. Chez DS, l’électrification veut dire dynamisme et plaisir de conduire. En même temps, lorsque nous sommes en mode électrique, nous offrons un niveau d’insonorisation jamais connu auparavant grâce au travail réalisé sur la structure de la carrosserie. Résultat, le niveau d’insonorisation y est unique. DS7 Crossback est un véritable tapis volant ! J’ajouterais que le touché de route est très agréable. Sur cette voiture, l’autonomie est portée à 300 Km et nous pouvons retrouver un niveau de recharge de 80% en 30 minutes.

Parallèlement aux produits, le réseau a bénéficié d’une attention soutenue. Nous avons déployé notre concept DS Store en ouvrant un par jour en 2018, dans le monde entier. Nous comptons finir cette année avec pas moins de cinq cent DS Stores dans le monde. Aujourd’hui dans nos points de vente, nous avons lancé «Only you», l’expérience DS, qui est un concept destiné à répondre aux diverses doléances des clients. Nous avons mis en place «DS Valet» pour offrir le choix aux clients de venir chez nous ou que DS aille chez lui, récupérer par exemple la voiture pour les entretiens courants, et la restituer. Nous avons déployé d’autres services, comme « My DS », une application qui facilite la vie aux clients, et aussi « DS Rent » afin de permettre à nos clients de rester dans leur univers favori, l’univers DS, lorsqu’ils sont en déplacement. Nous travaillons également sur d’autres services, plus connectés comme « Smart Access »,  qui vous permet d’ouvrir et de démarrer votre voiture avec votre téléphone. Avec cet outil, vous pouvez entre autres, déléguer l’usage de votre voiture. Nous continuons à travailler sur l’innovation, la connectivité et également sur de nouveaux concepts afin d’apporter les réponses attendues par un marché en constante évolution.

-Chez DS Automobiles, les références au luxe à la française sont nombreuses. Est-ce, selon vous, nécessaire pour qu’une marque automobile française puisse exister, particulièrement dans le segment haut de gamme ?

Je ne sais pas si cette condition est un passage obligé. Ce que je peux vous dire c’est qu’il y a des marques haut de gamme, bien établies. Nous ne voulons pas aller frontalement face à nos concurrents qui sont là depuis près d’un siècle. Cela aurait été une grave erreur. En revanche, nous avons voulu marquer notre territoire, et ce territoire nous est légitime, c’est celui du luxe français. Nous avons la chance d’avoir en France de nombreux leaders mondiaux dans la maroquinerie, dans la mode, dans l’horlogerie et plein d’autres domaines. Nous avons donc voulu prendre ce qui se fait de mieux dans ces métiers en utilisant des matériaux, le bois, le cuir, le métal et d’autres, dans nos voitures. C’est une fusion entre la technologie et le savoir-faire du luxe français. Nous avons choisi avec beaucoup d’attention notre territoire, ce qui nous permet de nous différencier.

DS 7 Crossback

DS7 Crossback E-Tense - Mondial de l'auto 2018
DS7 Crossback se veut le symbole du raffinement automobile français. ©Adrien Cortesi

-Lancer une marque premium est un pari très risqué. Considérez-vous aujourd’hui que vous êtes en conformité avec votre plan de marche et vos objectifs, sachant que par le passé d’autres marques ont été lancées (Delage, Delahaye, Facel Vega, Hotchkiss…) et n’ont pas connu de réussite ?

Ce que nous savons, c’est qu’il nous faudra une vingtaine d’années pour établir la marque DS. Nous essayons d’avancer rapidement. J’aimerais rappeler qu’en 2014, au comité exécutif de la marque, j’ai présenté en présence de Carlos Tavares, mon plan d’action et la stratégie de la marque qui ont d’ailleurs été approuvés. Je peux vous dire qu’aujourd’hui, nous avons moins de trois mois de retard sur ce plan de marche. Nous sommes donc collés sur la mise en œuvre de notre stratégie. Cela est fondamental. Nous voulons en premier lieu poser les fondamentaux de la marque. Pour moi, la question des volumes de ventes devra être le résultat d’un travail bien fait en amont. Nos produits sont excellents, nous avons un réseau de qualité, et nous offrons des services en phase avec les attentes des clients. En déployant les trois piliers stratégiques de la marque et ses valeurs de manière cohérente, alors les ventes vont naturellement croitre. DS3 Crossback a déjà prit la tête de son segment en France. Ce qui est une source de fierté. Nous voyons bien que nous sommes capables de proposer une gamme de véhicules qui sera adoptée par le marché.

Quelle sont vos avancées à l’internationale ?

Dans un premier temps, nous avons défini quatorze pays comme des marchés prioritaires dans le monde, sept sont en Europe dont je citerais quelques-uns, l’Allemagne, l’Italie, la Belgique, l’Espagne et bien entendu la France. Sur le continent européen, notre avancée est satisfaisante, même si je considère que nous aurions pu faire mieux. Pour ce faire, je suis très confiant particulièrement avec l’arrivée de nouveaux produits et les progrès du réseau. Pour les autres pays, plus lointains, comme la Chine, sincèrement, je ne suis pas très content de nos résultats. Nous travaillons très dur pour les améliorer. Je reste confiant et je crois que dès l’an prochain, avec le renouvellement de la gamme, nous progresserons sur ce marché qui reste le plus important en volume.

– Pouvez-vous nous dire ce qu’apportent DS7 Crossback lancé il y a quelques mois et sa déclinaison DS7 Crossback E-Tense 4X4 que vous présentez aujourd’hui, par rapport à leurs concurrents?

DS7 Crossback, sans aucun doute, apporte par rapport à ses concurrents de nombreux éléments différenciateurs et novateurs, et ce à plusieurs niveaux. D’abord, son niveau de confort inégalé, résultat d’un travail fait sur les liaisons au sol avec la technologie « DS Active4 Suspension », nous avons renforcé la rigidité de la caisse par une technologie qu’on appelle « Soudo-collé » qui consiste à poser des cordons de colle tout le long des assemblages. Cette technique est appliquée après la mise en œuvre des points de soudure. Les vibrations de la caisse sont éliminées et ça rend la caisse étanche au bruit. Nous avons également travaillé sur les vitrages en mettant deux vitres séparées par un film. Ce qui revient à dire que c’est du double vitrage. En termes d’espace de vie à bord qui est considéré comme un élément fort du point de vue du confort, DS7 Crossback se situe en haut de sa catégorie avec 4550 mm de long. Nous avons apporté le meilleur de la technologie et certaines, comme la vision de nuit, sont inédites dans ce segment.

– Pour clore cet entretien, êtes-vous convaincu que l’avenir sera électrique ?

Depuis le départ, nous avons mis au cœur de notre stratégie, l’énergie électrique. Ce qui est important à savoir, c’est qu’à partir de maintenant, tous nos modèles auront au moins une déclinaison hybride rechargeable. C’est le cas de DS3 Crossback et DS7 Crossback e-Tense. Nous avons entamé le déploiement de notre label e-Tense pour les véhicules électriques, 0 émission. A l’horizon 2025, toute la gamme sera électrique ! Nous faisons cela pour trois raisons : La première c’est que lorsque vous avez un moteur électrique de 300 ch et 0 émission, le plaisir de conduire est non seulement préservé, mais mieux, il est exalté. Les sensations sont au rendez-vous et vous avez en plus une insonorisation globale, une absence de vibration. Deuxième raison : Nous exploitons l’énergie électrique de manière très efficace, j’en veux pour preuve que sur les 300 Km d’autonomie de DS3 Crossback, 30 Km d’autonomie proviennent de la récupération de l’énergie au freinage. En circuit urbain on peut atteindre les 70 Km. Ce n’est pas négligeable, loin de là. Troisième raison : Quand vous êtes en mode électrique, vous ne subirez pas les éventuelles restrictions d’entrées en milieu urbain. Pour le client Premium, il n’est pas concevable de subir des restrictions sur la liberté de circuler.

Réagir à cet article