Plaques immatriculation Sénégal

La Direction des Transports routiers au Sénégal a fait savoir que la réimmatriculation des véhicules n’avait pas encore débuté. Les voitures arborant des plaques blanches sont soit neuves, soit nouvellement mises en circulation dans le pays.

Pas de panique ! Personne n’est en retard pour procéder à la nouvelle immatriculation de son auto, selon une information parue sur le site de CAPP Karangë (Direction des Transports routiers) : « Les voitures qui circulent dans la ville avec de nouvelles plaques sont en fait de nouvelles voitures. Cela veut dire qu’elles n’étaient pas dans les bases de données de la Direction des Transports (…) En d’autres termes, le remplacement (mutation) des cartes grises et plaques n’a pas encore commencé. La prochaine fois que vous verrez un véhicule avec une nouvelle plaque (…) c’est parce que la voiture est neuve ou qu’elle n’a jamais possédé de plaques sénégalaises auparavant » a-t-il été expliqué par écrit le 15 juillet dernier.

L’interrogation commençait à monter dans les rues de Dakar car en effet, la Direction des Transports avait annoncé précédemment que les procédures de réimmatriculation du parc existant devaient démarrer au 2 mai 2019 au Sénégal.

Les autorités sénégalaises ont fait le choix de remettre à plat le système d’immatriculation des véhicules car il est actuellement assez difficile d’avoir une idée précise de la quantité d’engins en service : « On ne sait pas le nombre de véhicules qui circulent au Sénégal » avait fait savoir le directeur des Transports à l’agence APS l’an dernier, « la seule information que les services détiennent, c’est qu’il y a 561 366 véhicules immatriculés ».

Fiabiliser les données

Or, selon les autorités, bien des plaques en circulation ne respectent pas le code de la route. Surtout, l’ancien système d’immatriculation est régional. Bien des fraudes ont déjà été constatées, avec des véhicules immatriculés plusieurs fois au sein de différentes région. Le nouveau système, national, ne permettra pas cela : « Le fond de ce chamboulement, c’est la fiabilisation de la base de données des Transports routiers » insiste le site de Cap Karangë. Pour ce faire, le numéro d’immatriculation sera attribué à vie au véhicule et non au titulaire du certificat. Il se transmettra donc lors du changement de propriétaire.

Le Sénégal a de plus fait le choix de faire fabriquer les nouvelles plaques par un unique prestataire. Ce fournisseur ne délivrera des plaques vierges qu’à des poseurs dûment agréés. Les nouvelles plaques sont infalsifiables, munies d’un autocollant sécurisé. Celui-ci, appelé « troisième plaque », doit être apposé derrière le pare-brise par le poseur. Il se déchire en cas de retrait et permet donc de lutter contre toute tentative de fraude.

Il ne sera enfin plus possible de choisir sa numérotation, celle-ci se fera de manière aléatoire.

> À lire également : Véhicules d’occasion à Dakar

Arnaud Murati

Réagir à cet article